Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 06:30

point-de-vue-1web.jpgpoint-de-vue-2web.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Z
Très jolie, la ville un peu floue derrière la surveillante ! En revanche, je ne vois pas beaucoup de différences entre la jeune surveillante et la vieille... à la rigueur, la vieille est encore un
peu plus sexy ;)
Répondre
F
Aujourd'hui, je téléphone à mon fils pour lui souhaiter un bon anniversaire.
- Tu sais, j'ai pensé un truc marrant.
- Oui, quoi ?
- Tu as l'âge que j'avais quand tu es né.
- C'est gentil de me dire que je suis vieux.
- .... dis ?
- Oui ?
- J'ai le double de ton âge.
- ... Ah tiens,... oui ...

Tu as raison Zac, tout est une question de point de vue.
Répondre
G
Ayant travaillé récemment dans un collège, je confirme que les choses ont bien changé. Lorsque le gouvernement ne leur complique pas les choses, ce sont des étudiants qui assurent ce rôle de
surveillance, et leur rapport avec les élèves est à la fois "cool" et rigoureux. Cool lorsqu'il s'agit de simplement guider les ouailles, rigoureux au point de sanctionner les manquements... via le
C.P.E. qui est le seul véritable "dragon" de cette institution.

En fait, les "pions", c'est comme des grands frères ou des grandes soeurs responsables : ils peuvent être aussi gentils et complices (de loin) que sadiques ;-) ! Mais c'est un jeu que les
collégiens acceptent volontiers, le plus souvent.
Répondre
D
Je suis de la même génération que toi (voire plus vieux), c'est pour ça que je me permets...
A propos de point de vue, j'ai entendu récemment une émission sur Tomi Ungerer (http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-tomi-ungerer-45-2012-01-12) dans laquelle il explique qu'il a gardé
son point de vue d'enfant sur la foule (foule qu'il voyait comme une foule de géants).
Au fait... superbes tous ces gris colorés!
Répondre
D
Sans vouloir être déplaisant... t'es-tu demandé comment cette surveillante, du haut de ses 17 ans, te voyait?...
Répondre
Z


Oh, inutile de remuer le couteau dans la plaie, cher Damien...Comme un vieillard, n'en doutons pas !